LES CANTINES SCOLAIRES VERSION RUPTURE, OPÉRATIONNELLES

15 Oct, 2017 | Par | Rubrique : La Une, Société
BÉNIN : LES CANTINES SCOLAIRES VERSION RUPTURE, OPÉRATIONNELLES
L’accès à l’éducation est un droit humain. Au Bénin, cependant, les obstacles barrant l’accès à l’éducation pour tous persistent. Les familles vivant dans la pauvreté peuvent ne pas avoir les moyens d’envoyer leurs enfants à l’école; bien que le gouvernement ait éliminé les frais de scolarité dans le primaire pour tous et pour uniquement les filles au secondaire.
Cette situation est due à l’incapacité de ces parents à nourrir leurs enfants d’où l’instauration des cantines scolaires. Depuis quelques années, de nombreuses difficultés ont caractérisé le fonctionnement des cantines scolaires. Il y avait notamment les longues procédures de passation des marchés, dont l’aboutissement tardif provoquait des avaries. Celles-ci étaient dues à la non concordance de la période de disponibilité des vivres avec la présence des enfants à l’école.
Ces dysfonctionnements ont pour conséquence  l’inefficacité du programme ce qui n’a donc pas permis d’atteindre les objectifs visés à savoir principalement le maintien des enfants à l’école. Pour preuve, il n’y a pas eu de cantines dans les écoles les deux dernières années. Or l’objectif de la mise en place de ces cantines est d’éliminer la faim de courte durée afin de garantir aux enfants du pays un accès équitable et leur maintien à l’école jusqu’à la fin du cycle primaire.
Le Chef de l’État, informé de cette situation, a eu plusieurs séances de travail avec les responsables en charge du programme, et les partenaires étrangers du Bénin qui interviennent chez nous dans l’activité. Lesquelles séances ont permis d’identifier le Programme Alimentaire Mondial (PAM) comme l’institution la mieux organisée et la mieux expérimentée en la matière.
Ainsi donc, comme annoncée il y a quelques jours par dame rumeur, la réforme de ce programme qui fera le bonheur des écoliers bénéficiaires et de leurs parents est devenue chose effective à l’occasion du conseil des ministres du mercredi 19 juillet 2017. Préoccupé par la défense des intérêts de notre pays, le Chef de l’État a pu obtenir du PAM, au plus haut niveau, que les << coûts d’appui indirects >> puissent passer de *4% à 0%*.
Par cet accord, le gouvernement va mettre à la disposition du PAM, dès ce mois de juillet, la somme de 3,4 milliards de FCFA représentant la moitié du montant total nécessaire pour faire tourner les cantines pendant toute l’année scolaire. En janvier 2018, l’autre moitié de la subvention, soit encore 3,4 milliards de FCFA sera débloquée.
Avec cette réforme, 1574 écoles recevront 42.807 tonnes de vivres pendant l’année scolaire. 351.109 écoliers recevront quotidiennement un repas chaud à l’école. Au total,le gouvernement va débloquer 27,2 milliards de FCFA au profit du programme de cantines scolaires pendant les 4 ans de la mise en oeuvre de l’accord avec le PAM.
Pour éviter la même situation connue par le passé, le gouvernement a décidé de mettre en place un comité de suivi, qui aura la responsabilité de sillonner les écoles bénéficiaires du programme, afin de s’assurer de sa bonne exécution. Ce programme permettra le relèvement du taux de scolarisation en raison de ce soutien alimentaire, la valorisation des produits vivriers locaux à acquérir en priorité. Tout ceci est un signe annonciateur que demain sera meilleur et que notre pays quittera enfin la honte.
POLO. AHOUNOU

    Laissez une réponse