Reformes dans l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique : Marie Cecile Odile Atanasso incroyable mais vrai

26 Fév, 2017 | Par | Rubrique : Chronique

Au soir du 6 Avril 2016, le président de la République, Chef de l’Etat, Chef du gouvernement a placé sa confiance à une digne fille des Collines, Atanasso, en la nommant ministre de l’enseignement supérieur. Moins connue du public, mais technicienne hors paire dans son domaine qu’est l’éducation supérieure ,la dame de fer professeur de son état, après avoir formé son cabinet s’est mise résolument au travail. Sa première lutte est de faire face aux universités privées qui ne disposent d’aucune autorisation, d’aucun agrément mais  qui s’exercent librement dans le pays. Ces promoteurs délivrent de faux diplômes sur le marché de l’emploi. Face à cette situation plusieurs correspondances ont été adressées aux promoteurs d’universités privées pour une vérification de l’authenticité des autorisations. Croyant que cette dame de fer ne parviendra pas à son objectif, Marie Odile Atanasso n’est pas allée par quatre chemins avant de publier dans les journaux les noms des établissements qui sont en règle d’après le conseil des ministres, afin de permettre aux parents d’élèves et aux étudiants, eux mêmes, d’éviter les établissements fautifs .

L’ORGANISATION DES EXAMENS NATIONAUX

Avant, ce sont les promoteurs des universités privées qui organisaient les examens  et la fin est sanctionnée par la co-signature des diplômes entre l’Etat et le privé. Il se fait que des étudiants s’inscrivent mais jamais au cours, cependant obtiennent des diplômes enfin de cycle. Pour remédier à cette situation, la ministre a organisé des ateliers de formations invitant tous les promoteurs des établissements privés pour leur faire part des nouvelles exigences du gouvernement Talon. Ces derniers voyant que leurs business vont chuter ont contesté fortement cette décision. Mais la ministre Atanasso tient toujours à ces reformes pour rehausser le niveau de l’éducation au Bénin.

Le gouvernement Talon a son plan de redressement pour le pays et ne cédera à aucune pression ou chantage politique. Le dernier conseil des ministres a confirmé que désormais c’est l’Etat qui organise les examens nationaux et les privés. Elle vient une fois encore de gagner un autre combat où certains croyaient qu’elle allait échouer. La technocrate de l’enseignement supérieur est décidée à assainir le système éducatif malade depuis des années. Tout ceci démontre que le président Patrice connaît bien le Bénin et connaît les compétences dans le pays. La ministre Atanasso doit aller encore loin pour booster l’enseignement supérieur de notre pays .

Argos Adihounda

    Laissez une réponse