VALLEE DE L’OUEME : le projet de développement agricole, Paiavo, en marche

15 Fév, 2017 | Par | Rubrique : A la une, Economie, Manchette

Le Projet d’appui aux infrastructures agricoles dans la Vallée de l’Ouémé (Paiavo) est dans sa phase active. Deux ans après son lancement par le gouvernement précédent (15 novembre 2014), ses premiers résultats sont visibles sur le terrain.

Dans la commune de Dangbo, il y a déjà du concret : entre autres, un centre de traitement des semences composé d’un laboratoire, d’un magasin, d’une aire de séchage et d’un hangar pour le tri des semences. Dans la même commune, Paulin Fassinou, entrepreneur agricole compte valoriser 125 hectares sur les ruines de l’ancienne Société nationale d’irrigation et d’aménagement hydro-agricole. “D’ici là, on aura de bonne choses et nos activités vont réellement démarrer”, promet-il.

Dans la cité lacustre des Aguégués, une autre commune du département de l’Ouémé, le Paivo fait aussi le bonheur des maraîchers. Selon le Responsable du développement rural (Rdr) de la commune, des planches surélevées permettent désormais aux cultures “de se développer sur une longue période” même quand les eaux montent. Les maraîchers voient leurs productions s’accroître.

Projet inédit

Les autorités des communes bénéficiaires du Paiavo ne cachent pas leur satisfaction. “C’est un bon projet qu’on doit soutenir”, affirme le maire de Dangbo, Mathias Kouwanou. Pour son homologue d’Adjohoun, Léon Bocovè, le Paiavo est positivement différent “des autres projets qu’on avait connus mais dont on ne peut plus montrer les traces”.

Le Paiavo a été initié pour développer les activités agricoles le long du plus grand fleuve du Bénin par la construction d’infrastructures comme les aires de séchage, les magasins, les marchés, etc. Principales filières mises en avant, le maïs, le riz et les cultures maraîchères.

Le Projet doté une enveloppe dépassant les 30 milliards de francs Cfa principalement financé par la Bad, n’est pourtant qu’à une mise en oeuvre partielle. Désormais inscrit dans le programme d’action du gouvernement, il sera encore enrichi par de nouvelles actions, confie son coordonnateur. “Pour lancer globalement la valorisation de la basse et moyenne vallée de l’Ouémé”, précise Jean Sènou Kokoyè.

Par Vincent AGUE

Laissez une réponse