Prétendue lutte anti pollution par les autorités du ministère du cadre de vie. Ce que le peuple doit savoir.

30 Nov, 2016 | Par | Rubrique : Message

jose-didier-tonato-a

Conformément à l’orthodoxie administrative ou judiciaire, le décret ou l’arrêté n’est pas au dessus de la loi. Mais conformément aux dispositions de la loi 98-30 du 12 février 1999 portant loi cadre sur l’environnement, la pollution des gaz d’échappement qui a été minorée par le législateur et ce du fait que la pollution des industrie et des végétaux sont plus critique et cause plus d’impact à l’environnement, les autorités du ministère du cadre de vie se préoccupent peu de la pollution de ces industries et de ces végétaux.

Pour preuve, les conditions de vie sous les affres des cimenteries de Sèkandji et de Placondji n’intéressent pas du tout ces autorités du ministère du cadre de vie. Alors que le législateur a clairement exigé la création des points de contrôles et de réglages anti pollution sur toute l’étendue du territoire national, ces autorités sous le couvert d’un arrêté taillé sur mesure ont agréé 15 pseudo garagistes pour contrôler la pollution des gaz d’échappement  des milliers de véhicules en circulation au Bénin.

Actuellement ou certains constructeurs automobiles sont dépassés par l’évolution de la technologie où certains constructeurs automobiles trichent et sont parfois pénalisés tel que Volkswagen, actuellement ou d’autres sont interpellés par le parlement américain pour l’indemnisation des victimes des défauts de fabrication, cas de Général Motors, c’est en ce moment précis que les autorités du ministère du cadre de vie veulent lutter contre la pollution des gaz d’échappement.

La technologie automobile étant une science dynamique qui nécessite la notion d’effectivité, peut-on se focaliser simplement sur des conséquences d’un fléau sans prendre en compte ses causes pour prétendre lutter efficacement contre ce fléau ? Techniquement cela est impossible. La pollution des gaz d’échappement étant causée par un mauvais réglage du moteur et de la qualité de l’essence et du lubrifiant qu’utilise ce moteur, les donnés mécaniques ont clairement démontré que quelles que soient les performances des équipements utilisés pour régler ce moteur, lorsque l’essence ou le lubrifiant utilisé pour ce moteur est de mauvaise qualité ce moteur doit pollué.

Considérant la qualité de l’essence vendue au Bénin, considérant la quantité d’huile à moteur recyclée commercialisée au Bénin, vu la qualité des équipements caduques exigés pour l’agrément, on peut toutefois affirmer sans se tromper que cette lutte anti pollution qui pointe à l’horizon n’a pas d’autre finalité que pour arnaquer les automobilistes. Car conformément aux dispositions de la loi 65-01 du 04 mars 1965, la seule structure capable de valider l’état technique d’un véhicule en République du Bénin est le CNSR. Or le contrôle CO est fait au CNSR.

    Laissez une réponse