BÉNIN PHARMACOPÉE : Entretien avec Docteur Raphael TCHIDIME, Directeur du Laboratoire GBE

22 Nov, 2016 | Par | Rubrique : Message, Santé

dr-tchidime-raphael-a

 » Si et seulement si l’Afrique peut s’auto-soigner,  le progrès de sera manifeste »

Chercheur et Tradi-thérapeute, il a été récemment nommé Ambassadeur du Progrès Africain au Burkina-Faso lors de la semaine des Tradi-thérapeutes tenue à Ouagadougou.  Docteur  Raphael Yao TCHIDIME a une fois encore honoré le Bénin à l’international. C’est désormais à ce digne fils du Bénin qu’incombe la gestion du projet CARANA. Coordonateur de la toute première Centrale d’Achat des Médicaments Améliorés en Afrique de l’Ouest. Une première sur le continent. A retour, Authentique TV est allée à sa rencontre. Dans cet entretien, Docteur Raphael TCHIDIME nous explique les circonstances  de sa distinction et les grandes lignes de sa mission.

Authentique TV : Vous avez été Nommé Ambassadeur du progrès Africain au Burkina-Faso, voudriez vous nous compter les circonstances de cette désignation?

Raphael TCHIDIME : je ne sais par quelle alchimie le choix est porté sur moi. Surtout  que c’est pour la santé de la population, il semble  que les institutions internationales reconnaissent le travail que nous faisons. Moi j’étais invité à Ouagadougou  par le Ministre de la Santé pour assister à la semaine des tradi-thérapeutes. Une fois la bas on m’a téléphoné que je recevrai  dans trois jours une distinction et une lettre de mission en Côte-d’Ivoire. Mais j’étais déjà à Ouagadougou dans le cadre de la semaine de la thérapie africaine et à partir de dimanche je ne devais pas bouger,  voila qu’on m’appelle le vendredi pour me dire que je dois être en Cote d’Ivoire alors que les événements de Ouagadougou commencent  le même Dimanche. Alors, j’ai souhaité qu’ils ajournent la cérémonie de décoration. Mais ils ont finalement décidé qu’on me l’attribue à Ouagadougou. Ce qui a été fait.

Authentique TV : ‘’Ambassadeur du progrès africain’’, que peut-on comprendre par là ?

Raphael TCHIDIME : Ils ont calculé, étudié et constaté qu’en Afrique les rapports de l’Oms n’ont pas changé. Plus de 80 % des africains aiment se faire soigner par les plantes. On a calculé à peu près combien chaque pays investit pour la prise en charge sanitaire de ses citoyens, de l’évacuation jusqu’au traitement qu’on fait sur le terrain. Si et seulement si l’Afrique peut se soigner,  le progrès de l’Afrique sera manifeste.

Authentique Tv : Quelles sont les missions à vous  assignées à travers cette nomination ?

Raphael TCHIDIME : J’ai un projet, CARANA, qui est une Centrale d’Achat des Médicaments Améliorés dans les 54 pays. Et ils m’ont choisi  comme coordonnateur de ce projet où j’aurai la possibilité de m’adresser facilement aux dirigeants des 54 pays, et voir comment ils vont faire pour étoffer leurs budgets nationaux afin d’approfondir les recherches dans le domaine de la phytothérapie,  accepter qu’on sélectionne des médicaments phytothérapeutes améliorés dans leurs pays et accepter que les produits phytothérapeutes  des autres pays viennent dans leurs pays. Ainsi, on formera des pharmaciens traditionnels qui vont s’occuper des pharmacies traditionnelles dans les pays africains. Nos plaidoyers vont à l’endroit des dirigeants pour qu’ils insèrent dans leurs programmes de formation des médecins, des sages-femmes, des programmes sur les phytothérapies améliorées de notre continent. C’est donc une structure révolutionnaire. Nous sommes indépendants depuis 56 ans sans avoir notre santé en main. Et si aujourd’hui, il y a un projet qui peut sélectionner des produits traditionnels améliorés béninois, c’est que les Ghanéens peuvent avoir les produits béninois et vice versa dans tous les pays africains. Ce brassage de phytothérapeutes va nous obliger à faire plus de recherches pour améliorer les médicaments. Ceux qui n’ont pas encore fait des analyses de toxicité des phyto-médicaments vont commencer par  le faire. Et Ceux qui l’ont déjà fait pourront vendre leurs produits, car il y aura une promotion pour eux.

Authentique TV : Êtes vous le seul à être distingués ?

Raphael TCHIDIME : Je suis le seul à recevoir ce prix. Tout simplement, parce qu’ils  ont vu en moi quelqu’un qui a des potentialités pour conduire ce projet ‘’Carana’’.  L’Etat burkinabais a déjà pensé à la chose parce qu’ ils ont implanté un gros centre qui utilisait de la phytothérapie pour soigner. C’est le 1er et grand centre  créé et au même moment au cœur des hôpitaux régionaux, et dans leur CNHU.

Authentique TV : Qu’en est-il du Bénin ?

Ils m’ont invité en tant qu’expert de la phytothérapie du Bénin, à parler de l’exemple du Bénin  que d’ailleurs j’ai honte de donner, parce que le Bénin est parmi les derniers pays qui n’a pas n’ont pas  encore légiféré la phytothérapie depuis 2001 que l’Union Afrique a demandé de légiférer dans tous les pays africains. Après 15 ans, le Bénin est le dernier pays qui n’a pas légiféré. J’ai eu honte de prendre la parole mais j’ai dit ouvertement que le Bénin n’a pas légiféré. Mais c’est dans ce Bénin non légiféré qu’émerge l’Ambassadeur de Progrès Africain.  Pour pouvoir assurer ma mission, j’ai fait une doléance à l’endroit du Vice-président  de l’Assemblée Nationale. Ma doléance était qu’avant de réussir ma mission (Carana), il faut que les décideurs, l’Assemblée Nationale et le gouvernement s’impliquent. A ce propos, j’ai eu la chance de discuter avec le Premier Ministre, le Ministre de la santé et le Vice-président  de l’Assemblée Nationale Burkinabés. Et si les hommes intègres veulent montrer leur intégrité, c’est de démontrer à la face du monde leur volonté à accompagner le projet CARANA.

Authentique TV : Parlez nous  de votre cahier de charge.

Raphael TCHIDIME : Ce que nous avons décidé, est de construire des pharmacies dans  les 12 centres choisis et mon rôle c’est comment faire pour arriver à sélectionner dans un bref délai les phyto- médicaments  africains qui vont être distribués dans ces centres.

Authentique TV : Quel a été l’accompagnement du gouvernement  Béninois?

Richard TCHIDIME : Aucun. J’ai même écrit pour dire au Ministre de la Santé que j’ai reçu un prix. Mais, c’est une totale indifférence. J’ai été même renvoyé à la limite de la Salle VIP de l’Aéroport.  En effet, Ils m’ont demandé de payer le salon d’honneur, ce que j’ai fait. Ils ont voulu aussi que pour les journalistes qui vont venir m’accueillir, je paye les badges de 7000 FCFA, ce que j’ai fait. Bizarrement j’étais assis et j’attendais les journalistes quand on a notifié que  tout le monde devrait déguerpir du salon. Et pour cause,  des instructions depuis le sommet. Mais, qui a donné les instructions et pourquoi ? Je ne saurais le dire. Tout ce que, je peux vous dire, c’est qu’on a effectivement empêché d’exploiter le Salon VIP que j’ai même payé. Et c’est bien dommage.

Or les audiences au Burkina-Faso, ce n’est pas moi qui en demande. Par rapport aux lobbyings, le Togo est déjà prêt pour me recevoir en audience. Ce n’est pas moi qui ai demandé. Tout simplement parce qu’ils ont appris qu’un digne fils africain est devant un projet qui va faire avancer le Togo aussi. Au Nigéria, même chose. C’est de cette manière les autres voient les choses et il faut que nos dirigeants les voient aussi de la sorte. Les retombées de ce projet, c’est que nous serons obligés d’améliorer nos produits et l’efficacité doit primer. Le Burkina -Faso a déjà donné l’autorisation de mise sur le marché de plus de 50 produits traditionnels, mais le Bénin n’en a pas donné une seule. Le Burkina-Faso est un exemple. Le Ghana a plus de 150.000 centres de pharmacopée.

Authentique Tv : Quels seront les impacts  du projet CANARA pour le Bénin et le reste de l’Afrique?

Raphael TCHIDIME : Le Canara c’est un projet qui est pour toute l’Afrique, un Béninois peut être  coordonnateur du projet sans que le Bénin n’en gagnera rien puisque n’acceptant pas que les phytos médicaments soient sélectionnés et vendus, bloquant ainsi la pharmacie traditionnelle. Mais comment ça va se passer ? Quel  pays acceptera prendre le produit du Bénin ? Mais moi, Je ne suis pas seulement Béninois mais je suis aussi africain. Au Bénin je ne peux pas promouvoir mes produits mais ailleurs oui. Je suis au moins dans 15 pays Africains. Ce qui aurait peut-être fait que le choix  soit porté sur moi et je m’engage vraiment à  travailler comme cela se doit.
Je veux  donc qu’ à l’Assemblée Nationale, les députés fouillent pour voir dans le budget combien est prévu pour la médecine qui prend en compte plus de 8 millions de béninois, soit 80% . Combien le Ministère de la Santé a prévu pour la phytothérapie ? C’est une doléance que je fais à l’endroit des députés, en particulier le Président Adrien HOUNGBEDJI et il importe que le Bénin légifère la phytothérapie. Il faut une décision politique au Bénin.

Authentique Tv : Votre mot de fin

Raphael TCHIDIME : Patrice talon dans son projet de société a promis promouvoir la phytothérapie, mais après 6 mois rien ne s’annonce encore. Alors, je l’invite à ne pas oublier son programme concernant le domaine de la santé et la pharmacopée en particulier. J’invite ses proches collaborateurs à le lui rappeler, car c’est sur ce terrain que nous autres phytothérapeutes l’attendons et allons le juger à la fin de son mandat. Il faut qu’on commence par voir autrement la pharmacopée au Bénin et que 2017 ne passe sans qu’on ne légifère la pharmacopée. J’invite également mes collègues Tradi-Thérapeutes à l’unité, car c’est ensemble qu’on peut véritablement œuvrer pour le développement de ce pays.

Interview : Yves DAH-GOUNON
Transcription : Jacob Tohigbé

    Laissez une réponse