Origine de la fête de l’igname à Savalou : Généalogie royale SAVALOU

17 août, 2016 | Par | Rubrique : Afrique, Culture, La Une, Société

ORIGINE DE LA FÊTE DE L’IGNAME A SAVALOU : GENEALOGIE ROYALE SAVALOU

 

Au départ, la fête de l’igname était une célébration pour réunir annuellement les fils de Savalou et célébrer les retrouvailles de la diaspora. Elle a été instaurée en 1954, et permet à l’image d’autres fêtes culturelles régionales au Bénin (« Nonvitcha » pour les ressortissants du Mono, « Wémèxhé » pour ceux de la vallée de l’Ouémé…), de réunir les fils de la localité autour des projets de développement de la commune.

SAVALOU a

L’avènement de sa Majesté Tossoh Gbaguidi 13 permettra la restructuration de la fête du 15 août. Il en fera une journée de rencontre, d’échanges et de promotion touristique pour Savalou. Depuis 2008, la fête de l’igname a donc connu quelques ajustements et réaménagements quant à la date de sa célébration. Si elle est toujours célébrée officiellement le 15 août, les véritables cultes traditionnels et offrandes aux ancêtres se font maintenant les 14 du même mois pour éviter le chevauchement observé dans la commémoration de l’Assomption ou la montée de la Vierge Marie et les divinités.

La Royauté à Savalou remonte à la création du Royaume par le Roi Soha, un Mahi. Le Bénin actuel, était avant la colonisation constitué d’une multitude de royaume avec à leur tête des rois qui gouvernaient les territoires selon l’ordre ancien et traditionnel. Les guerres de développement entre royaume donneront un éclat au royaume de Danhomey (actuel Abomey au Bénin) et ses différents rois étendront leur influence sur le centre et le sud du Bénin. C’est ainsi qu’avec la colonisation le pays prendra le nom de Danhomey avant de devenir le Bénin actuel.

Au sortir des indépendances, les autorités politiques maintiennent la chefferie traditionnelle et les rois pour asseoir localement leurs influences sur chaque région du pays. Si avec l’avènement de la décentralisation, les maires et élus locaux auront la charge de la gestion administrative des communes, les rois sont restés sur place avec une influence réelle sur l’ordre moral et en tant que garant de la sauvegarde des traditions.

A Savalou, la lignée des Gbaguidi règne sur la commune. Sous le roi Tossoh Gbaguidi 13, la ville a connu une embellie et un rayonnent culturel sans précédent du fait de l’activisme du Roi. En modernisant la royauté et en misant sur le développement culturel de la ville, il a fait de Savalou un pôle attractif dans les collines en dehors de Dassa-Zoumè et sa grotte-mariale. Son décès tragique a été vécu par beaucoup comme un frein porté au développement de la commune.

Laissez une réponse