/* * This theme styles the visual editor to resemble the theme style, * specifically font, colors, icons, and column width. */ Affaire tentative d’empoisonnement du chef de l’Etat : LA FILLE DE MOUDJAÏDOU SOUMANOU PARLE | L'Autre Fraternité

Affaire tentative d’empoisonnement du chef de l’Etat : LA FILLE DE MOUDJAÏDOU SOUMANOU PARLE

8 nov, 2012 | Par | Rubrique : A la une

Faïzath Titilola Soumanou, la fille de Moudjaïdou Soumanou, l’ancien ministre béninois du Commerce incarcéré à Porto Novo pour son rôle présumé dans la tentative d’empoisonnement de Yayi Boni, revient dans une longue interview avec Afrika7 sur les conditions d’arrestation de son père, les relations de ce dernier avec le président Yayi Boni et révèle que M. Moudjaïdou Soumanou n’a jamais avoué avoir trempé dans la tentative d’empoisonnement du président.

Faïzath, vous êtes la fille de Moudjaïdou Soumanou, inculpé à Cotonou, pour avoir, selon les autorités béninoises, fait partie d’un complot pour empoisonner le président Yayi Boni. Tout d’abord, avez-vous des nouvelles de M. Soumanou ?

Oui, nous avons des nouvelles de lui par le biais de maman. A part ses avocats, elle seule est autorisée à le voir.
Quand est-ce que vous lui avez parlé la dernière fois ? Quand l’avez-vous vu la dernière fois ?
Nous l’avons vu pour la dernière fois le 14 Aout 2012, lors de sa visite d’une semaine à Washington DC. Papa adore nous rendre visite dès qu’il a un peu de temps pour passer du temps avec son petit-fils. J’avoue que ça nous aide beaucoup parce qu’il fait la corvée de changer les couches.
Nous lui avons parlé la dernière fois le matin du Jeudi 25 Octobre 2012. Il avait le moral très haut et nous a demandé de rester forts durant cette épreuve. Il nous a aussi répété que Yayi Boni manipule la presse et l’opinion publique et a aussi affirmé que le dossier est vide et qu’il n’avait rien à se reprocher.

Quelles sont ses conditions de détention ?

Du lundi 22 octobre jusqu’au jeudi 25 octobre, papa était détenu à la prison civile de Cotonou. Les conditions de détention étaient plutôt bonnes. La famille et les amis pouvaient lui rendre visite régulièrement et il ne manquait pas de répéter à tous ses visiteurs que le dossier était vide et qu’il n’avait jamais essayé d’empoisonner le président de la république. Il ne manquait pas de dire à ses visiteurs que cette tentative d’empoisonnement n’est qu’un complot du gouvernement en place. Ceci lui a valu un transfert musclé dans la nuit du jeudi 25 octobre 2012 à la prison de Apkro Misérété à Porto-Novo ou il a été traité de façon draconienne voir inhumaine du jeudi 25 au lundi 29 octobre 2012 aveci interdiction de suivre son traitement médical prescrit par son médecin, interdiction de recevoir son épouse et interdiction pour cette dernière de lui apporter à manger, interdiction de recevoir son avocat. Bref, il était contraint à un isolement total et s’est plaint plus tard à ses avocats de torture morale inadmissible. Les avocats suspectent aussi que mon père aurait fait l’objet de torture physique.
Depuis le lundi 29 Octobre, nous apprenons par ses avocats que ses conditions de détention se sont améliorées. Mais il est toujours interdit de visites des proches. Maman est parfois autorisée à le voir (au gré du personnel pénitencier) pour une trentaine de minutes en présence de plusieurs gardes pour éviter que papa s’exprime librement.

Que vous a-t-il dit exactement sur les accusations qui sont portées contre lui ? Que savez-vous exactement sur les accusations portées contre lui ?

Comme tout papa, il a cherché à nous rassurer durant notre très brève conversation. Il nous a affirmé plusieurs fois au téléphone que les accusations étaient montées de toutes pièces et qu’il n’a jamais avoué avoir tenté d’empoisonner YAYI BONI. Papa a été autorisé à voir ses avocats plus d’une semaine après son arrestation. Il a parlé à ses avocats pour la première fois le Lundi 29 Octobre. D’après l’un de ses avocats « Votre père m’a affirmé avoir servi ce que les services de renseignement voulaient entendre. Mais le contenu n’est pas aussi grave que l’on n’imagine.»

Dans quelles conditions a-t-il été arrêté ?

A son domicile à Cotonou, tôt le matin le dimanche 21 octobre 2012

Avez-vous pu parler à des membres de la famille présents lors de son interpellation ? Que vous a-t-on dit au sujet de son arrestation ?

Il a été interpellé à son domicile à Cotonou, tôt le matin le dimanche 21 octobre 2012. D’après un membre de la famille, plus d’une trentaine de policiers étaient présent. Ceux -ci ont immédiatement commencé une perquisition de la maison mais n’y ont rien trouvé. Ils l’ont ensuite emmené à la SODECO (Société pour le développement du coton) que papa dirigeait depuis 2008 où ils se sont accaparés de documents et de matériels électroniques. De là, direction pour « le petit palais » siège du service de renseignements. Les proches se sont empressés de prévenir la presse de l’arrestation de papa. C’était leur manière de sauver sa vie car nous avions reçu plusieurs avertissements que papa allait être enlevé ou arrêté.

Quel était l’état des relations entre M. Soumanou et le président Yayi Boni, au cours de ces derniers mois ?

Depuis le début de l’année papa a subtilement pris ses distances avec YAYI BONI et son entourage. D’après papa le président n’aime pas entendre la vérité et préfère s’entourer de personnes qui lui disent ce qu’il veut entendre.

M. Soumanou a-t-il récemment séjourné aux Etats-Unis ? Si oui, savez-vous s’il y a rencontré M. Talon ?

Son dernier séjour aux Etats-Unis était en Aout 2012 à Washington DC. Il n’a pas rencontré Mr. Talon durant son séjour. Il passait ses journées à se reposer et à prendre soin de son petit-fils.

Vous soutenez que votre père n’a pas avoué les faits qui lui sont reprochés, contrairement aux allégations du Procureur de la République du Bénin… Mais comment explique-t-il le fait qu’il a été appréhendé ?

Papa n’a jamais avoué les faits qui lui sont reprochés et nous n’avons aucune preuve concrète de ses prétendus aveux. C’est un coup mal monté ! Il a été appréhendé à cause de ses liens avec M. Talon et parce qu’il a quitté le cercle des intimes de Yayi Boni.

Vous affirmez aussi que Moudjaïdou est le bras droit de M. Talon et qu’il ne le trahirait jamais pour Yayi Boni. Qu’entendez-vous par trahison ?

Les relations de papa avec M. Talon lui ont coûté son poste ministériel en 2007. Papa et M. Talon sont des collaborateurs depuis plusieurs années. Les deux hommes se connaissent très bien et se respectent.

Avez-vous de ses nouvelles depuis son transfert à la prison de haute sécurité de Porto Novo ?

Nous ne lui avons pas parlé depuis son transfert à Porto Novo. Toutes les conversations qu’il a eues avec son épouse sont en présence de plusieurs gardes de prison.

Etes-vous en contact avec son avocat ?

De façon limitée. Les avocats nous ont avoué être « très surveillés » et évitent de communiquer au téléphone.

M. Soumanou est-il autorisé à recevoir des visites ?

Il n’est autorisé qu’à voir ses avocats et son épouse. Maman le voit au gré des humeurs du personnel pénitencier. Elle doit être accompagnée des avocats pour pouvoir le voir.

A titre personnel, avez-vous fait l’objet de menaces ou d’actes d’intimidation, de la part des autorités béninoises ou de l’administration américaine ?

Pas de l’administration américaine.

Avez-vous l’impression de faire l’objet d’une surveillance particulière ?

Les téléphones de la famille sont sur écoute, notre domicile à Cotonou est sous surveillance. Les proches sont suivis dans leurs déplacements.

Si vous décidiez aujourd’hui de rentrer à Cotonou rencontrer votre père, avez-vous l’impression qu’on vous en empêcherait ou que les autorités vous mettraient en cause ?

Dans un pays démocratique non, mais dans le Bénin de Yayi Boni, certainement.

Depuis le début de cette affaire, avez-vous parlé à M. Talon ?

Nous préférons ne pas répondre.

Si vous aviez M. Boni Yayi en face de vous, que lui diriez-vous à ce moment précis ?

Monsieur le président, en 2006 vous avez promis le changement au peuple béninois. Je faisais partie de ceux qui y croyaient et jamais je n’aurais imaginé que le changement dont vous parliez était un changement drastique de l’exemple de démocratie qu’était le Benin en la dictature qu’elle est aujourd’hui.
Vous et moi savons très bien que cette histoire d’empoisonnement n’est que fiction. Malgré toutes les marches de soutien que vous financez et tous vos efforts pour ternir l’image de mon père, à mes yeux, il est et sera toujours un homme pieux, droit, juste, et généreux, tout ce que vous n’êtes pas. Libérez Moudjaidou Soumanou!

Propos recueillis par nos confrères de Afrika7

Be Sociable, Share!

10 commentaires
Laissez une réponse »

  1. cette petite est entrain d’aggraver le dort de son papa,elle ferait mieux de se taire,chez elle les paroles resterons

  2. je dirai simplement au pr que
    no good date goes with rewards and no bad date goes with punishment all everything has pay back

  3. Tu ne peux pas mieux dire.
    Moudjaidou serait un homme pieux? droit? Juste? ou généreux? surement pr ces enfants sinon tu connais pas bien ton père dans son rôle de mafieux.
    Cè vrai, avec les ressources de l’état béninois, tu as été formée à l’extérieur et tu n’as jamais rien manqué.
    N’oublies jamais ke ce fut sous la misère de millions d’enfant de nos villages et villes.
    Dieu vous pardonne tous

  4. Du courage ma soeur dieu est grand

  5. Faîzath toi et ton père vous êtes la honte du peuple. Tu ne peu que réagir ainsi; après tous les machinations et la mauvaise gestion de ton père vous ont tous profiter. Pauvre toi

  6. Ma chère, tu penses avoir donné la preuve que ton papa n’a rien à se reprocher dans cette affaire, mais c’est complètement faux. Juste des jeux de mots. Que voudrais-tu signifier par le dossier est vide? Penses-tu que ton papa te dirait le contraire? Qu’il est ainsi mêlé à une telle affaire? Tout est possible avec des gens comme ton papa. Aussi bien que tu insinues un coup monté de toute pièce d’un Président aussi « pieux, droit, juste, généreux » (juste qu’à parcourir tous ses propos et discours) et respecté dans la sous-région, ton papa que tu juges de « pieux, droit, juste, et généreux » peut également se mêler de cette tentative d’empoisonnement d’un Chef de l’Etat dans l’intérêt d’un homme d’affaire qui l’a FAIT (qui peut-être a toujours financé tes études aux Etats Unis). Nul ne doute de ce qu’un homme d’affaire (milliardaire) peut faire pour sauver ses intérêts qui s’écroulent sous ses yeux à cause d’un HOMME, un seul. Bon vent!!!! L’AVENIR NOUS DONNERA RAISON

  7. laisse tombé ma je ne soutien pas le PR mais quand c’étais mangeable tu ne nous ait pas invité même pas un module de classe dans un village alors merci pour l’invitation bonne dégustation.

  8. fille a papa je te plains cest vrai comme bocou dautres qui ne jurent que par leurs peres ou meres detourneurs de nos deniers mafieux sans foi, egoistes sans meme minteresser a laffaire dempoisonnent pusque cele ne minteresse ils sont tous pariels ces gents la mais de grace ton pere a pris nos sous pour aller enrichir la grande amerique a travers toi. cest ca la honte de lafrique que nous autres avons la tache de refaire. pour le moment, comme cest ainsi, pardon occupe toi de tes etudes et ne tamuse surtout pas labas
    ton frere lele depuis johannesburg

  9. LA VERITE AU SUJET DE L’AFFAIRE TALON

    Les preuves que Talon a attenté à la vie de Boni Yayi

    Le rapport toxicologique du FBI

    -Les enquêteurs de cette agence américaine dont la crédibilité ne
    saurait être remise en cause, se sont rendus à Cotonou fin novembre
    2012 pour y récupérer les médicaments incriminés, avant de les
    expertiser dans leur laboratoire de Quantico, en Virginie. Voici un
    extrait de la conclusion de leur travail :
    [...] Dans les médicaments que Thomas Boni Yayi prenait
    quotidiennement ont été instillées des substances toxiques et
    dangereuses, comme l’attestent des plaquettes de gélules rafistolées
    avec du scotch.
    […]
    Dans l’un des produits a été décelé du psilocine (ou psilocybine), un
    puissant hallucinogène. Enfin, dans trois ampoules injectables
    retrouvées avec les médicaments incriminés, ils ont identifié un agent
    pouvant provoquer un blocage neuromusculaire (de l’atracurium, ou
    cisatracurium), un anesthésiant (de la kétamine) et un opiacé censé
    maximiser les effets des autres substances (le sufentanyl).
    Selon plusieurs sources, ces substances pouvant être qualifiées de «
    mortifères » peuvent provoquer des « réactions incontrôlées,
    suffisamment étranges pour que la Cour constitutionnelle le déclare
    incapable d’exercer ses fonctions et le destitue ».

    -Les aveux des complices de Patrice Talon, dès leur arrestation qui
    ont confirmé l’intention de vouloir porter atteinte à la vie du Chef
    de l’Etat.

    L’étrange décision du juge

    La Cour d’appel de Paris statuera le 22 mai prochain sur les demandes
    d’extradition de Patrice Talon et de son complice Olivier Boko émises
    par le Bénin. Alors que tout accable l’homme d’affaires, c’est dans
    des pratiques dignes de la mafia que Patrice Talon cherche le salut.
    Le juge d’instruction, Angelo Houssou décide de façon solitaire et
    discrète d’un non lieu dans la journée du 17 Mai !
    Cette décision étonne puisque Angelo Houssou, instruit ce dossier
    depuis le 20 octobre, date de l’arrestation à Cotonou des trois
    complices de Patrice Talon et Olivier Boko, sous contrôle judiciaire
    en France.
    -C’est lui qui a auditionné ces personnes inculpées pour tentative
    d’empoisonnement et association de malfaiteurs (Moudjaidou Soumanou,
    Ibrahim Mama Cissé, Zoubérath Kora) puis un quatrième complice
    (Bachirou Adjani).
    -C’est lui qui a recueilli leurs aveux en présence de leurs avocats.
    -C’est lui qui a lancé les mandats d’arrêt internationaux contre
    Patrice Talon et Olivier Boko.
    -C’est lui qui a lancé toutes les commissions rogatoires
    internationales dont celle demandant à la justice française
    l’extradition de Talon et Boko.
    -C’est lui qui a retenu comme éléments à charge le contenu des 27
    échanges SMS très explicites entre Patrice Talon et Zoubérath Kora.
    Ces échanges ont eu lieu le 17 octobre après leur rencontre à
    Bruxelles durant laquelle les détails du complot ont été précisés et
    dans la nuit du 19 au 20 octobre à Cotonou, ce qui devait être la «
    nuit du crime ».
    -C’est lui qui a validé le rapport du FBI qui a identifié les quatre
    substances toxiques et mortelles retrouvées dans le « cocktail
    meurtrier ».
    -C’est lui qui a posé tous les scellés.
    -C’est lui qui a rejeté une demande de remise en liberté et
    d’annulation de la procédure présentée par les avocats de la défense.
    -Et c’est lui qui a disparu après avoir signé cette stupéfiante
    ordonnance de non lieu.
    C’est encore lui, qui a quitté le Bénin dans la soirée du 17 mai et
    fut retrouvé à la frontière Sèmè-Kraké tentant de fuir vers le
    Nigeria.
    Comment un juge qui a réuni autant d’éléments dans le cadre d’une
    affaire peut-il expliquer et justifier sa décision de non lieu ?
    Angelo Houssou estime que l’infraction n’est pas constituée puisqu’il
    n’y pas eu passage à l’acte. Autrement dit, il fallait donc le décès
    du président béninois pour les poursuivre !

    Cet argument n’est pas recevable : il y a eu préméditation,
    orchestration et intention de tuer.
    Les rencontres à New York entre Boko, Cissé et Soumanou en septembre
    2012, ainsi que la rencontre à Bruxelles le 17 octobre, l’arrivée des
    substances mortelles le 20 octobre par un vol Air France Paris-Cotonou
    expliquent clairement la gravité de l’initiative de Patrice Talon.

    Qui est réellement Patrice Talon ?

    Au Sénégal
    Le président Abdoulaye Wade au sujet de Patrice Talon, alors
    partenaire de premier plan des Industries Chimiques du Sénégal
    « Les Industries chimiques du Sénégal sont en situation de
    banqueroute. Il y a de la prévarication et des détournements. Je
    viens de faire un audit qui est sur ma table et qui montre des choses
    tout à fait extraordinaires…Je vais lire cet audit et je vais le
    donner au tribunal pour qu’on juge ces gens qui ont mis le Sénégal
    dans cette situation »

    En Côte d’Ivoire
    Partenaire de Yara (premier fournisseur mondial de fertilisants) en
    Côte d’Ivoire, la gestion de Talon a occasionné des pertes estimées à
    60 millions de dollars (environ 33 milliards de francs).
    Au regard de ce passé qui caractérise Patrice Talon, peut-on s’étonner
    de ses manigances en vue de mettre en péril la stabilité politique et
    économique du Bénin lorsque le Président Boni Yayi décida de lui
    retirer la gestion du Programme de vérification des Importations !
    Depuis cette décision le Port Autonome de Cotonou, poumon économique a
    repris avec la croissance

    Restons donc vigilent afin de ne pas laisser les adversaires de la
    démocratie intoxiquer la population car nous valons mieux que ça.
    Ceux qui croire que le président de la république a monté ce coup juste pour sont image ont tort a quoi bon serviras de faire cela puisque c’est sont dernière mandat qu’il faire et que sa lui reste que 3 ans pour terminé sont mandat réfléchissez un peu avant de parler le président faire tout pour notre pays le bénin mais pourtant vous salissez sont nom en disant que c’est un complot qu’ils a fait alors que vous même vous avez vue les preuve au début , après analyse du médicament délivré chez le Dr Cissé ont a bien prouver qu’il contenait du poison ont a été tous au courant de sa , après quelques jours ont nous annonce que cette même médicament ne l’est pas et qu’ils étaient trompé l’ FBI ne se trompe jamais sa c’est vraiment honteux salis le nom d’un président et même sa propre nièce qui veux sa mort juste pour des malheureux billets de milliards et un juge de Nationalité Béninois qui trahit sont propre pays juste pour de l’argent cela est vraiment injuste

  10. Bonjour ma soeur, pries seulement que le bon Dieu puisse eclairer BONI YAYI. Du courage et sois patieinte et endurante.

Laissez une réponse