6 août, 2012 | Par | Rubrique : No comments

A – Passeport diplomatique sur liste noire !

Progressivement on risque de s’acheminer vers la banalisation du passeport diplomatique du pays. Considéré comme un outil « sacré » dont le porteur devrait normalement jouir de certains avantages, le fait d’en distribuer à tout le monde tend à ramener le passeport diplomatique au même rang que celui de la Côte d’Ivoire sous le règne presque interminable de Félix H-B. Attribué à la quasi-totalité des maires des 77 communes que compte le Bénin, ce titre de voyage par excellence s’est trouvé d’autres titulaires beaucoup plus insolites. Combien sont ces pasteurs qui voyagent avec ce précieux document ? Plus troublant davantage est la quantité non déterminée par le profane des autres individus tels des gourous de certaines sectes locales et leurs collaborateurs qui n’hésitent pas à exhiber le passeport rouge. Aujourd’hui la délivrance de ce passeport aux importateurs de véhicules d’occasion en provenance des Etats-Unis d’Amérique est source de nervosité chez les autorités américaines, la délivrance. Actuellement, ce sont les Américains qui ont préféré commencer par prendre leurs responsabilités. Aussi certains « nationaux » d’origine libanaise ont-ils subitement perdu leur visa pour se rendre au pays de l’Oncle Sam. Où s’arrêtera cette sanction ? Et quelles sont les autres causes de la détermination des Américains à annuler des visas déjà octroyés ? Seule la partie béninoise détient la solution. Revoir sûrement le mode d’attribution de notre passeport à des individus douteux, qu’ils soient noirs ou autres.

B – le Bénin profond est plutôt dans les corps habillés

Alors qu’une certaine classe politique s’attend à voir débarqués dans la capitale économique les partisans du « grand » « capable de faire mal aux journalistes », la surprise est venue rapidement d’ailleurs. Lors des dernières sorties médiatiques du « voyou » et des « unionistes », on a remarqué la présence d’invités d’un genre particulier. Déjà à l’hôtel, quelques-uns de ces intrus n’avaient point hésité à exhiber leur arme de guerre. Les témoins ont certainement pensé à tout sauf à la triste réalité. Il aura fallu la sortie suivante en ce début d’après-midi de ce même jour pour apprécier la promptitude de cette réaction des partisans du « grand ». On pourrait en dénombrer au moins une demi-dizaine qui laissaient entrevoir leur pistolet. D’ailleurs, l’un d’entre eux en portait deux dont un à la hanche et le second solidement attaché à son pied. L’heure n’est pas grave. Elle sera au braquage. Quelques instants après avoir savamment réussi à empêcher certaines espèces en voie de disparition de s’entretenir avec des « petits », ces partisans armés ont fini par expérimenter leurs armes. C’est la caissière du Chant d’Oiseau qui sera sommée de leur restituer la recette du jour. Visiblement, on peut avouer que l’heure du fameux affrontement est bien proche. Mais selon des indiscrétions, ces partisans seraient plutôt des agents bien connus. Des personnes ont pris des images pour faire la preuve de ce comportement qui ressemble à peu de choses à ceux des DUVALIER.

Be Sociable, Share!

Laissez une réponse