8 Juil, 2012 | Par | Rubrique : No comments

A – Le Bénin renoue avec les tracts

Véritable arme de déstabilisation, c’est vers la fin du régime agonisant de l’ex parti unique du PRPB que ce mode d’action fut découvert par les Béninois de la génération naissante. Auteur de ce mode d’action à l’époque : les militants du Parti Communiste du Dahomey. En quelques mois d’activisme, ce régime fut atteint dans tous ses compartiments. Tellement les tracts érodaient toute crédibilité qu’on pourrait encore accordée à ce régime finissant. Ajouté à tout ceci l’incapacité du régime à parti unique à donner satisfaction aux Béninois. Aujourd’hui comme hier, les mêmes causes semblent êtres réunies. Et les tracts ont refait surface. Il se dit que c’est d’abord dans la partie septentrionale du pays que ces tracts assassins font fureur et ravages. La grande muette n’en serait point à l’abri. Et comme on peut le constater, ces tracts ne font rien d’autre que refléter le vrai visage de la situation. On y lit comment le régionalisme fait progressivement le lit à la haine ethnique et tous ses corollaires. Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, cette plaie (régionalisme) touche toutes les parties du pays. Selon quelques-uns de ces bouts de papiers qui ne font pas dans la dentelle au Prince, c’est une pratique bien entretenue et encouragée au sommet. Déclaré clairement comme le mal absolu et non l’émanation, le Raïs est pointé du doigt sans ménagement. On lit à travers certains de ces tracts que ce pays est malade dans tous ses compartiments. Les mêmes causes produisant, dans les mêmes conditions, les mêmes effets, on pourrait craindre le pire. Le déclin de l’or blanc est, par exemple, imputé à qui de droit. La nuit des longs couteaux semble proche…

B – La campagne cotonnière toujours en sursis

Une liesse presque unanime s’observe dans une partie du pays. Cette supposée joie est d’ailleurs accompagnée de marches organisées par quelques élus en mal de sollicitude. Mais la réalité des faits est attristante. On apprend que tous les intrants ne sont pas disponibles ou pas en suffisante quantité. Mieux, plusieurs sources indiquent, avec insistance, que le détour du Raïs en Ukraine n’était pas pour arranger les choses. Ce voyage orchestré pour brouiller Patrice avec ses partenaires a très sérieusement compliqué toutes les voies d’apaisement. Et non seulement la saison en cours est compromise mais celle à venir n’est pas loin de souffrir des accointances mal gérées entre opérateurs économiques et politiciens en voie de disparition. Selon les mêmes sources, cette année devrait connaître l’introduction d’un type particulier d’intrant devant enrichir les sols déjà trop fragilisés par des années d’exploitation effrénée. Malheureusement, la guerre stupide créée, à cause des visées électorales de 2016, dans cette filière comme dans d’autres secteurs clé de l’économie, n’est pas de nature à améliorer la qualité de ces sols. En somme, ces sols sont condamnés à ne plus jamais produire les rendements que l’on agite ça et là qui ne seront que de si bons vieux souvenirs. Tout est cinéma et folklore, confirment toutes les voies autorisées. La saison en cours est profondément hypothéquée, sauf accord favorable du véritable maître du jeu. Et celui-ci n’est pas celui fait le plus de bruits parmi les principaux protagonistes. Peut-être que la Dictature pourra développer à nouveau cette filière qui se meurt ainsi sous nos yeux.

    Laissez une réponse