15 avr, 2012 | Par | Rubrique : No comments

A – Gratuité de la Césarienne « tue »

Considérée dans sa conception comme un allègement pour des milliers de couples qui éprouvent des difficultés inimaginables pour payer tous les frais lors des accouchements, la gratuité de la Césarienne commence progressivement par asphyxier. Non seulement les pauvres sont confrontés aux injures de certains personnels mais ils doivent faire face à d’autres souffrances qui anéantissent l’effet escompté. Pire, les personnels n’hésitent plus à vouloir saigner à blanc les parents des femmes venues donner naissance à un enfant. Conformément à une malsaine pratique que l’on croyait perdue, des sages-femmes continuent aujourd’hui encore d’exiger aux parents démunis des médicaments dont l’importance est absolument inutile. C’est le cas, à titre d’exemple, des médicaments comme Cytotec, Spaphon. Si le premier sert à dilater le col de l’utérus l’hors de l’accouchement par voie basse, comment expliquer son utilité lors d’une césarienne ? Cependant, un tour dans nos centre de santé et surtout à l’Homel suffit pour se convaincre de l’inhumanité de certains agents pourtant assermentés. Quant au second (Spaphon), qui est un anti spasmodique c’est-à-dire un calmant, grande fut la surprise pour un parent de constater il y a quelques de constater que des sages-femmes en ont prescrit plus de cinq boîtes en moins de 72 heures à une femme qui venait de subir une césarienne (toujours à l’Homel). Pour une femme qui visiblement n’a rien de douloureux et qui se portait bien après son opération, il est simplement cruel d’exiger autant de son mari. Que rapporte alors cette gratuité aux usagers de nos hôpitaux ? Et l’autre trouvaille de certaines sages-femmes est qu’il faille nécessairement que les nouveau-nés soient examinés dans une clinique privée, installée à Akpakpa, pour des analyses complémentaires rendues obligatoires afin de détecter d’éventuelles infections. Pitié, chères sages-femmes de l’Homel !

B – Escorte de véhicules d’occasion : les démons de retour

Dans un souci d’apaiser la colère qui s’observe dans le rang de la plupart des acteurs de cette filière, le gouvernement vient de rétrocéder cette véritable financière et incroyable pompe à fric dans les mains des disciples de Saint Mathieu. Malheureusement, le même gouvernement sait qu’il lui sera incapable de contrôler les déviances connues entrant l’exécution de cette activité. Déjà à moins d’une semaine de cette gymnastique dont seul le gouvernement détient le secret, l’axe nord c’est-à-dire Cotonou – Malanville est nuitamment pris d’assaut par des véhicules dits en transit mais dont les conducteurs en font une tout autre exploitation. A partir des alentours du Stade de l’amitié, ces mêmes véhicules sont presque systématiquement en taxi clandestins s’ils ne sont pas déjà chargés de marchandises diverses. Inutile de rappeler l’autre épouvantail des riverains des voies empruntées. Ces véhicules roulent à tombeaux ouverts. Quant aux diverses recettes liées à cette manne, seul le bon Dieu pourrait convaincre les uns et autres à oser lever un coin du voile. Pour emprunter une expression chère à un premier ministre, ces genres de recettes son fongibles. Entendez bien fongibles. Tout est dit. Jamais on ne saura avec exactitude ce que rapporte cette activité au trésor public. Surtout lorsque c’est un autre disciple du même saint Mathieu qui, après un brutal limogeage, avait dit tout le mal qu’il connaissait cette gestion qui revient aujourd’hui faire un banc à qui de droit, on doit tout comprendre.

Be Sociable, Share!

Laissez une réponse