L’EEAD MONDOCOMEY, UNE EGLISE PONDEREE MALGRE LA FORTE IDOLATRIE DU TERRAIN

8 Sep, 2011 | Par | Rubrique : A la une, Culture, Société, Spiritualité

Le village Mondocomey de l’arrondissement d’Agblangandan (Commune de Sèmè-Podji, département de l’Ouémé, République du Bénin) est réputé pour son idolâtrie à telle sorte que le président national d’un fétiche s’y est domicilié avec son couvent. Mais cela n’a pas empêché les chrétiens évangéliques des Assemblées de Dieu d’y implanté un noyau qui deviendra le Temple « Le Secours » de Mondocomey.   Aujourd’hui, nonobstant la dureté du terrain caractérisé par une forte idolâtrie, cette Eglise présente l’aspect d’une Eglise pondérée en pleine croissance.

Il est 12h07’ ce premier lundi du mois d’août 2011. Malgré la présence à peine visible du soleil au zénith, une fine ondée s’abat sur l’arrondissement d’Agblangblangan. Nous sommes dans la commune de Sèmè-Podji au Sud-Est de la République du Bénin. Après quelques pas de marche nous voici au quartier Lokokoukoumey de cette division territoriale. Une géante statue nous accueille. Derrière cette dernière, une clôture longtemps peinte en blanc se fait remarquée. C’est le couvent d’un des dieux adorés dans la localité. A quelques dizaines de mètres dans la même zone, un autre couvent se fait découvrir avec un panthéon majestueusement installé. A 50 mètres de là, nous voici sur une autre place publique qui fait corps avec un autre couvent de fétiche. Ici, une mosquée et un sanctuaire marial (remarquable avec la statue de Marie) se côtoient. En face, on note la présence d’un hôtel. C’est l’Hôtel Pahgoma, le seul de la zone. Dans le prolongement de cette infrastructure, on découvre un carrefour. Sur ce carrefour, une plaque nous interpelle. Elle est graphitée « Eglise évangélique des Assemblées de Dieu du Bénin Temple « Le Secours » de Mondocomey ». Une flèche de couleur bleue sur un fond blanc nous oriente vers ce lieu de culte. Nous bifurquons à gauche. A peine une vingtaine de pas de marche, et nous voici devant le temple. C’est une grande chapelle en chantier. Les maçons, les ferrailleurs, et d’autres ouvriers s’affèrent. Un homme de la quarantaine debout vêtu de basin blanc et de taille moyenne suit avec minutie l’évolution des travaux. Nous nous dirigeons vers lui et tout en le considérant comme le chef chantier, nous lui demandons le pasteur ou un responsable de l’Eglise. Avec un sourire hospitalier, il s’avance devant nous et nous demande de le suivre. Nous traversons l’intérieur du Temple et après quelques marches d’escalier, nous voici dans un bureau. Un objet d’art sous forme d’arbre placé sur le bureau nous faisons lire : « Rév. Past. Aholoukpè François ». C’était l’homme lui-même. Il est le pasteur de l’Eglise.

De la genèse à l’organisation

« Allez,  faites de toutes nations des disciples… ». Matthieu 28 verset 19 de la Sainte Bible. C’est en respect à cette recommandation du Seigneur Jésus Christ que les fidèles de l’Eglise évangélique des Assemblées de Dieu d’Akpakpa Suru-Léré ont obéi en décidant d’ouvrir une annexe dans le quartier Mondocomey de l’arrondissement d’Agblangandan dans la Commune de Sèmè-Podji. C’était dans les années 1994 sous la direction du Révérend pasteur Emile Adoté, actuel président national des Assemblées de Dieu du Bénin. A partir d’un noyau d’environs six personnes, les fidèles d’Akpakpa Suru-Léré n’ont pas hésité à installer une cellule de prière dans le milieu. C’est sans compter les menaces dont ils étaient sujets de la part des adeptes des fétiches adorés dans ce village. Avec le secours de l’Eternel, ils sont parvenus à y créer une annexe. Nous sommes en 1997 avec une dizaine de fidèles. Trois ans après, un jeune pasteur nouvellement consacré est affecté sur cette jeune Eglise. Les incrédules du milieu l’appelaient « ètchèvou » (ce qui signifie littéralement en Français petit). Sous ses hospices et sous la houlette du Saint Esprit, l’œuvre commence par aller de l’avant. Les conversions continuent d’être enregistrées. Le besoin d’avoir la parcelle sur laquelle construire le temple de l’Eternel se fait ressentir. Après moult tracasseries, ce pasteur parvient à l’acheter au nom de l’Eglise. Une première chapelle est construite avec l’aide du missionnaire Roman. A cause de la croissance numérique de cette assemblée, la chapelle a été élargie. Cette dernière continue son bonhomme de chemin jusqu’en 2008, année où elle a été déclarée organisée par les autorités hiérarchiques. En ce temps, le nombre des fidèles avait déjà dépassé 200.

Les perspectives de l’Eglise

Selon le pasteur Franck François Ahouloukpè ordonné entre temps révérend et même élu trésorier de la Section d’Akpakpa de l’Eglise des Assemblées de Dieu, depuis environ deux ans, le projet de construction du temple définitif du Seigneur à Mondocomey a été lancé. A l’étape actuelle des travaux, plus de 15 millions ont déjà été investis sur fonds propre de l’Eglise. C’est pour construire un bâtiment de trois niveaux (cf. perspective). Malgré la pression visible de ce grand projet qui constitue la priorité majeure de cet homme de Dieu et de son comité, la vie spirituelle de cette Eglise n’est pas négligée. C’est d’ailleurs ce qui illustre le fait que le nombre de fidèles oscille autour de 350 en août 2011. La politique de séparation des enfants d’avec les adultes adoptée par le berger de cette Eglise y a fortement contribué. Ainsi, pour maintenir la vie dans l’assemblée, plusieurs activités spirituelles sont menées. On peut noter, selon le plan d’actions 2011 de l’Eglise, des Etudes bibliques, des Semaines d’emphase spirituelles, des programmes de jeûne et prière, des veillées, des cellules de prières, des programmes d’évangélisations pour ne citer que celles-là. Les manifestations régulières du Saint Esprit au cours des réunions des fidèles de cette Eglise attestent bien la qualité de la vie spirituelle de celle-ci. La gestion et la qualité des ressources humaines font partie de la priorité de ce serviteur de Dieu. Raison pour laquelle il a prévu des séminaires de formation et des enseignements spécifiques tant pour les responsables des départements que pour les couples et pour les ouvriers. Loin d’être satisfait, ce pasteur estime en toute humilité qu’il lui reste beaucoup de choses à faire à l’instar de la création des annexes. Malgré la forte idolâtrie qui caractérise le milieu, cette Eglise reste aujourd’hui l’unique dans la Section d’Akpakpa de l’Eglise évangélique des Assemblées de Dieu du Bénin, dans laquelle il y a plus d’autochtones. Vivement que cette Eglise continue dans cette lancée et fasse beaucoup d’exploits pour la gloire de Dieu.

Par Hubert H. DJOGUE

    Tags: , , , , , ,

    Une réponse
    Laissez une réponse »

    1. Que Dieu soit loué à travers cette église

    Laissez une réponse