Vie des formations politiques : L’UNION FAIT LA NATION EN LAMBEAUX

31 Mai, 2011 | Par | Rubrique : Manchette

Cela avait été prédit. Ils ont résisté jusqu’aux élections présidentielles et législatives mais aujourd’hui, c’est chose faite. Les ténors de la coalition Union fait la Nation (UN), créée pour arracher le pouvoir d’Etat à Boni Yayi ont fini par ne plus parler le même langage. En dépit de ce qu’on ne peut dire que cette alliance politique est disloquée, il y a que le divorce est consommé entre cette union et une de ses entités, la renaissance du Bénin.

Cette situation fait suite à la position de la RB lors de l’élection du bureau de l’Assemblée nationale et de l’entrée d’un militant de ce parti au sein du gouvernement de Boni Yayi. En effet, à la formation du bureau de l’Assemblée nationale l’UN au grand complet, avait entrepris de boycotter les opérations de vote pour faire respecter le principe de majorité et de minorité dans la configuration du bureau de l’Assemblée nationale, tel que consacré par la jurisprudence de la Cour constitutionnelle. Mais contre toute attente et alors que les députés de l’Un ont claqué la porte de l’hémicycle, ceux de la Rb sont restés dans la salle et ont pris part aux débats ayant abouti au vote des membres du bureau du parlement, 6e législature, tout en positionnant un des leurs, l’honorable Boniface Yéhouétomè, au poste de 2e vice-président de l’institution. Comme cela ne suffisait pas, lors de la formation des groupes parlementaires à la fin de la semaine écoulée les députés Rb ont fait  leur déclaration de constitution de groupe parlementaire «Nation et Développement», désormais dirigé par la présidente du parti, Mme Rosine Soglo, en personne sans attendre les tractations avec leurs collègues de l’UN. Mieux encore à la publication des membres de la nouvelle équipe gouvernementale de Boni Yali, Blaise Ahanhanzo Glélè maire de la ville d’Abomey et membre de la RB a fait son entrée avec le portefeuille de l’Environnement, de l’Habitat et de l’Urbanisme. Toute chose qui montre que ce parti a tourné dos à l’Un et partant de là à l’opposition. Même si pour l’heure, on ne peut pas parler de dislocation de l’UN, il y a qu’il y a un malaise profond qui mine cette alliance si ce n’est pas le départ de la Rb pour rejoindre la mouvance présidentielle. Peut être que c’est le début de la fin. Wait and see.

Eros NOUWOKPO

    Laissez une réponse