Assemblée nationale : LES DEPUTES PRENNENT ACTE DES DECISIONS DE LA COUR

19 Déc, 2010 | Par | Rubrique : A la une

La séance plénière du vendredi dernier a situé les uns et les autres sur le sort des lois électorales sujettes à maintes polémiques depuis peu. Les députés ont convenu au terme des débats très houleux, de se plier à toutes les exigences de la cour y compris sur la question du budget général de l’Etat gestion 2011. Cette volonté exprimée sera matérialisée demain mardi 21 décembre 2010 par l’adoption de ces lois.

A la lecture de la situation complexe qui caractérise le vote des lois électorales, les députés ont fini par abdiquer. Il ne s’agit pas d’un renoncement pour autant. En effet, les échanges au cours de la plénière du vendredi dernier, relevait à travers le second rapport oral d’étape de la commission des finances que  rien n’a évolué sur la question de l’examen du budget général d’Etat 2011. Dans une analyse comparative, l’honorable Raphaël Akotègnon a relevé un acte de mauvaise volonté du gouvernement qui n’a cru devoir adresser un recours à la cour constitutionnelle que le 1er décembre 2010, alors que le budget du parlement a été adopté depuis le 03 septembre 2010. Ce geste du gouvernement est alors interprété par les élus de l’opposition comme une manigance politique qui n’a de finalité que de bloquer le processus de l’examen du budget. Mais cela n’est pour autant l’avis du président de la commission des finances, l’honorable Grégoire Laourou qui pense pour sa part, que seule la décision de la Cour constitutionnelle doit rester de rigueur. Si l’espoir renaît dans le camp de la mouvance présidentielle en ce qui concerne la baisse du nombre de députés à la prochaines législature, il faut remarquer que les avis sont tout de même partagés sur la question, car tous les élus semblent convenir de la nécessité d’augmenter le nombre de la représentativité de l’Assemblée nationale. L’autre préoccupation qui s’est invitée dans les débats parlementaires du vendredi dernier est relative au sort des lois électorales. Commentant les décisions successives de la cour constitutionnelle relatives au rejet des lois électorales, les députés surtout de l’opposition ont marqué leur désarroi tout en optant pour la voix constitutionnelle même si la chose semble discutable selon leurs observations. Ainsi, les élus de l’opposition, n’entendent-ils pas laisser une seule occasion à l’exécutif de faire planer le doute sur l‘organisation  à bonne date des prochaines élections. De ce fait, ils entrevoient l’adoption de ce différentes lois ce mardi, après une séance recommandée de la commission des lois aujourd’hui afin d’apprêter les rapports conséquents. « On n’est pas des étudiants, nous sommes en politiques » ces propos du député Louis Vlavonou sur l’une des chaînes de télévision privée du Bénin en disent long sur la stratégie politique qui gouverne cette ‘’docilité’’ brusque de l’opposition vis-à-vis des décisions de la cour constitutionnelle. La question se pose alors de savoir à quoi s’en tiendra le gouvernement et son chef à présent, vu que les pièges politiques vraisemblables sont entrain d’être déjouées par l’opposition ? Il ne reste qu’à souhaiter que tout soit prêt ce jour pour permettre l’adoption effective de ces différentes lois demain au parlement.

F. V

    Laissez une réponse