Entretien avec ABAKAR YOUSSOUF ZAÏD, Co-fondateur, Vice Président National de la Croix Rouge du Tchad : LA DIMENSION HUMANITAIRE DU CHANGEMENT CLIMATIQUE AU MENU DES ECHANGES : (LE N°1 TCHADIEN IDRISS DEBY ITNO FAIT BEAUCOUP D’EFFORTS DANS CE CADRE)

21 Déc, 2009 | Par | Rubrique : Société

Au cours d’un entretien qui a eu lieu dans la soirée du vendredi 18 décembre 2009 à Cotonou, Monsieur ABAKAR YOUSSOUF ZAÏD, Co-fondateur, Vice Président National de la Croix Rouge du Tchad nous a confié, que le changement climatique est plus dangereux qu’une bombe nucléaire et qu’une catastrophe s’annonce avec l’échec du Sommet de Copenhague.

A en croire ABAKAR YOUSSOUF ZAÏD, le changement climatique intéresse au plus haut niveau «La Croix Rouge». Il poursuit en ces termes, « C’est la monté des eaux qui provoque les dégâts humains et matériels « . Il faut donc prévoir, les conséquences du réchauffement climatique qui est l’une des tâches les plus ardues auxquelles sont confrontés les chercheurs du monde entier travaillant sur le climat. Tout d’abord, parce que les processus naturels à l’origine des précipitations, des orages, des augmentations du niveau de la mer et d’autres effets attendus du réchauffement climatique dépend de très nombreux facteurs. Ensuite, parce qu’il est difficile de prévoir la quantité de gaz à effet de serre qui sera émise au cours des prochaines décennies. Cette quantité dépendant en grande mesure des décisions politiques et des avancées technologiques. « Il y a sécheresse puisqu’il n’y a plus rien n’a mangé, les pétales meurt… ».

Alors, le Choléra, le Varicelle, la Rougeole, les maladies respiratoires etc.… interviennent grâce a la malnutrition…, qui frappe les enfants de 0 à 6 ans, les mères allaitantes et en grossesses, a déclaré au passage ABAKAR YOUSSOUF ZAÏD. « En tant que Croix Rouge, on intervient, en faisant venir les Volontaires, moniteurs Secouristes…, qui aident à la distribution de vivre, de l’eau. Ils interviennent également dans le domaine de la santé, l’assainissement et l’alimentation Thérapeutique » a martelé, ABAKAR YOUSSOUF ZAÏD qui précise que là, c’est l’aspect humanitaire. Ainsi, selon le Co-fondateur, Vice Président National de la Croix Rouge du Tchad, la mission de toute «La Croix Rouge» dans le Monde est de sauver les vies humaine en cas de catastrophe en toute neutralité et en toute impartialité. Il poursuivra en précisant que, nous nous acheminons vers une catastrophe, car « »Copenhague » est un échec». De ce fait, ces conséquences causent la fonte des gracies, la remontée des mers donc les pays Côtiers et insulaires menacés. Il n’a pas occulté de mentionner, qu’il aura la température qui va augmenter de 2°C, alors il fera très chaud.

Conséquences

Les pluies vont être rares, l’oxygène va manquer ainsi que l’ozone, car il y aura manque, d’arbre et de forêt. Alors, selon ABAKAR YOUSSOUF ZAÏD, Co-fondateur, Vice Président National de la Croix Rouge du Tchad, très conscient de ce danger, le Président de la République du Tchad, Son Excellence, Idriss Déby Itno, a dors et déjà, prit l’initiative de faire «planter 10 Millions d’arbres» et ceci, pour arrêter le désert, protéger la faune et la flore et mettre en place, une stratégie de l’eau, pour sauver les populations du Tchad. ABAKAR YOUSSOUF ZAÏD a, en outre invité, les autres pays de part le Monde entier, a suivre cet exemple, qui est une volonté manifeste du Président de la République du Tchad, Son Excellence, Idriss Déby Itno. Dans le développement du Co-fondateur, Vice Président National de la Croix Rouge du Tchad, nous pouvons aussi noter, cette détermination de la «La Croix Rouge» du Tchad, qui a suffisamment d’expérience en matière de catastrophe, à accompagner les efforts de son Excellence Idriss Déby Itno, Chef de l’Etat, Président de la République du Tchad, dans sa lutte contre l’avancée du désert et le changement climatique.

Conséquences futures à l’échelle mondiale

La température de la planète a augmenté de 0,74°C au cours des cent dernières années (1906–2005). A titre de comparaison, le réchauffement constaté à l’échelle de la planète après la dernière période glaciaire a varié entre 4 et 7 °C, mais cette évolution a pris 5 000 ans.

Selon le GIEC, ce réchauffement s’est opéré à un rythme dix fois moins rapide que le rythme actuel. Sur les 25 dernières années, la température de la Terre a augmenté de 0,18ºC par décennie, soit plus que le double par rapport à la moyenne des cent dernières années.

Dans un des rapports de contribution au quatrième rapport d’évaluation du GIEC intitulé «Conséquences, adaptation et vulnérabilité», les conséquences futures anticipées des changements climatiques sont évaluées. Certaines de ces conséquences sont alarmantes pour l’homme, la faune et la flore.

Quelques réalisations de MAHAMAT ZENE BADA, Mairie de N’Djamena

A en croire ABAKAR YOUSSOUF ZAÏD, le Maire de cette importante Ville du Tchad, a amorcé une série de mesure d’embellissement, d’urbanisation, d’assainissement et surtout d’aménagement. Ainsi, les espaces verts, les parcs d’attractions, les jardins publics sont de mise, ainsi qu’une politique de stockage d’eau en prévision. Tout ceci, en prélude à l’organisation des manifestations, entrant dans le cadre de la cinquantenaire de l’Indépendance du Tchad, décider par Son Excellence Idriss Déby Itno, Président de la République, Chef de l’Etat, Chef de la Grande Armée. A ce propos, MAHAMAT ZENE BADA, Mairie de N’Djamena a déjà eu, une rencontre avec la presse Tchadienne, en vue d’informer l’opinion publique nationale Tchadienne et Internationale sur les efforts fait par le gouvernement tchadien, pour pouvoir donner un caché spécial a cette grande manifestation. Au cours de cette conférence au dire de, ABAKAR YOUSSOUF ZAÏD, le Maire a passé au peigne fin, au cours de cette rencontre avec les hommes des médias, tous les efforts consentis par le Président Idriss Déby Itno, en vue de l’organisation des 50 ans d’Indépendance du Tchad. Précisons pour finir, que toutes ces mesures soutenues par le Chef de l’Etat Tchadien Idriss Déby Itno, concours à l’amélioration des conditions de vie des populations de la Capitale « N’Djamena » et de son environnement.

Encadre

• Croix-Rouge du Tchad

Fondation : 1983

Membres/volontaires : 22.215 (2001)

Effectifs : 22 (2002)

Dépenses : CHF 271.000 (2001)

Contexte national

Le Tchad est un vaste pays situé au sud du Sahara. Le Nord est peu peuplé et l’habitat y est très dispersé. L’insuffisance des précipitations entraîne souvent des pénuries alimentaires. Les régions du Sud, plus peuplées subissent une alternance d’inondations et de sécheresses.

Ces dernières années, les épidémies de choléra et de méningite ont été quasi cycliques. Les indicateurs sociaux du Tchad révèlent que 24 pour cent de la population seulement ont accès à une eau salubre. Le pays sort juste d’une très longue période de conflit armé interne. Bien que les autorités actuelles semblent résolues à instaurer une démocratie pluripartite, le risque d’une reprise de la violence et des troubles politiques demeure.

• Tchad :

Capitale : N’Djamena

Population : 7,5 millions (2000)

PNB par habitant : US$ 230 (1997)

Espérance de vie : 50,3 ans (2001)

Taux de mortalité infantile : 132 pour 1 000 naissances vivantes

(2001)

Taux d’alphabétisation des adultes : 88 pour cent (2001)

Romuald ALINGO

    Laissez une réponse