Malaise au sein des forces cauris : André Dassoundo et Eloi Aho candidats au départ

26 Nov, 2008 | Par | Rubrique : A la une

La crise politique contrairement à ce que l’on pourrait penser au regard des derniers développements de l’actualité au plan national, s’enfonce de plus en plus avec le malaise profond qui secoue la grande famille des Forces cauris pour un bénin émergent (Fcbe). Après le député Wallis Zoumarou qui a rejoint le G13, ce sont deux autres députés à l’Assemblée Nationale qui confirment chaque jour que Dieu fait, leur ardent désir de quitter cette famille politique  totalement acquise à la cause de l’actuel  président de la République

En effet,  tout porte à croire que les députés André Dassoundo et Eloi Aho puisque c’est d’eux qu’il s’agit véritablement,  n’attendent que le forum sur le dialogue politique des 27 et 28 prochains,  au cours duquel,  le chef de l’état sera face aux partis politiques, pour quitter définitivement l’Alliance Fcbe et rejoindre le camp des amis d’en face qui bloquent le parlement dans l’intention de mettre le changement et son chef au carrefour de la déroute et donc de la désillusion.

Le premier,  actuel premier vice président de l’Assemblée Nationale multiplie ces derniers temps,  les sorties médiatiques au cours desquelles, il ne ménage pas du tout, ses amis des forces cauris qu’il accuse de mal conduire le changement en trompant le chef de l’Etat. A l’endroit de l’actuel chef de l’Etat Thomas Boni Yayi, l’honorable  André Dassoundo puisque c’est de lui qu’il s’agit, à la dent très dure.

A telle enseigne,  qu’aucun béninois n’ignore plus aujourd’hui, que dans la crise née au parlement, l’homme complote sérieusement dans l’évincement du président Mathurin Nago du perchoir qu’il convoite par la même occasion . La politique d’errance du second confirme bien son instabilité. On l’annonce sérieusement à la Renaissance du Bénin, son ancien parti malgré ses balbutiements très peu convaincants,  de son appartenance confirmée et soutenue à la famille des forces cauris. Le député Eloi Aho n’est pas en phase avec le changement.

L’homme réclame beaucoup d’avantage et rumine une grosse colère depuis que l’Udd  nouvellement né, a réussi à placer un pion dans le gouvernement Yayi.  Ces deux députés sont sans nul doute, sur la ligne de départ de l’Alliance Fcbe. C’est  le front anti-Yayi qui  se renforce ainsi de plus en plus,  au sein de l’hémicycle.

Le changement n’est donc pas encore au bout de ses peines. A vrai dire, Boni Yayi récolte les fruits de l’ingratitude de ses proches qui ont profité à un moment ou à un autre, de son ascension politique,  pour se faire une place au soleil. Point n’est besoin de rappeler ici, que l’actuel poste occupé par le Dr André Dassoundo au parlement n’a été rendu possible,  que  par l’adhésion du bloc Fcbe à sa candidature.

Et voici donc la rançon de l’ingratitude de ses valets au service de l’opportunisme qui accusent naïvement  les autres -leurs compères en somme-  de profiter des avantages du changement. 

Romaric Adjamonsi

    Laissez une réponse